Daft Punk : quand les robots s’éteignent

Ils l’ont annoncé sur YouTube le 22 février 2021, les Daft Punk arrivent à l’épilogue de leur iconique aventure en duo. C’est alors pleins d’émotions que des millions de fans partout dans le monde ont immédiatement réagi à ce coup de tonnerre. Certes, les Robots toujours discrets derrière leur masque futuriste n’ont sorti aucun morceau personnels depuis leur dernier album en 2013. Mais il n’en reste pas moins que l’idée de ne jamais plus découvrir de nouveauté ou de ne jamais plus pouvoir assister à un de leurs concerts mythiques ne peut que nous attrister.

Les Daft Punk nous ont tous profondément touché. Leur musique a, consciemment ou non, constitué le fond sonore qui a accompagné notre enfance, notre adolescence, et plus globalement tous les moments forts de notre vie. C’est une musique qui nous transporte, nous plongeant dans un entre-deux émotionnel permanent, allant tirer les larmes du plus profond de nous-même tout en nous donnant envie de transcender notre corps en rythme. Dans une (rare) interview donnée sur France Inter en juin 2013, Thomas Bangalter, l’un des membres des Daft Punk, explique justement que « la manière la plus pertinente d’exprimer une émotion musicale, c’est quand on est à cheval entre la tristesse et le bonheur. » Tout est dit.

A peine leur annonce dévoilée, la nostalgie s’est emparée de l’esprit des nombreux fans qui se sont rués sur leur discographie entièrement disponible en ligne. C’est comme un appel d’air métaphysique qui nous incite à nous replonger dans cet univers de robots cherchant à comprendre le monde et à découvrir leur part d’humanité. Des balbutiements de jeunes adultes fascinés par la musique électronique dans les années 1990 à la sortie de « Random Access Memories » en 2013, intéressons-nous à la beauté de l’histoire des Daft Punk.

Originaires de Paris, les Daft Punk, de leur vrai nom Thomas Bangalter et Guy Manuel de Homen Christo, sont depuis 1993 actifs dans le monde de la musique. Ils participent d’ailleurs à la démocratisation du mouvement de la musique électronique baptisé « French Touch », du fait du nombre impressionnant de Français extrêmement talentueux à avoir développer le style (Kavinsky, The Supermen Lover, Air, Justice, etc.) Il faut savoir que les Daft Punk sont les artistes français qui s’exportent le mieux à l’étranger, et cela depuis la sortie de leur premier vrai succès qui fut « Da Funk » en 1996.

Remontons un peu le temps. Les deux jeunes hommes se rencontrent au Lycée Carnot à Paris en 1991. Quatre ans après leur rencontre ils décident de créer un groupe de rock nommé « Darlin’ » qui sera l’opportunité pour eux de découvrir l’univers de la production musicale. Grâce à Darlin’, ils enregistrent leur premier single qui n’est pas d’entrée de jeu un énorme succès, se vendant à quelques milliers d’exemplaires seulement. Seulement en 1993 Thomas et Guy décident de créer le duo Daft Punk – reprenant une critique d’un journaliste anglais moquant leur style de « daft punk », soit de « punk un peu débile » – en se lançant véritablement dans la musique électronique. Ils apparaissent alors dans quelques rave parties parisiennes à visage encore découvert.

Un an plus tard, Daft Punk sort son deuxième single « The New Wave ». Bien que leur premier single ait échoué, le duo réussit à attirer l’attention de certains journalistes à travers cette bande-son purement électronique. En 1995 ils sortent un autre single, « Rollin ‘& Scratchin » qui se répand progressivement dans tous les clubs d’Europe, et marque le début de leur carrière internationale, des Chemical Brothers de Londres à la 17e édition des Trans Musicales de Rennes. Le 7 janvier 1997, Daft Punk sort enfin son premier album « Homework », qui se vend à plus de 2 millions d’exemplaires dans pas moins de 35 pays. Caractérisé par le rythme house et de la musique électronique, on retiendra surtout des titres comme « Da Funk » ou le fameux « Around the World », qui fondent la véritable patte des Robots.

Or l’année 2001 marque un véritable tournant dans la carrière des jeunes artistes : quatre ans après « Homework », le duo se réinvente avec un deuxième album studio intitulé « Discovery ». Orienté pop et disco, l’album contient de nombreux samples et s’inspire de certaines références culturelles des années 1980. Il laisse aussi place aux voix transformées à l’aide de talkbox : Thomas et Guy-Manuel s’essaient au chant sur plusieurs titres tels que « Digital Love » et « Harder, Better, Faster, Stronger ». Le succès est tellement grand que le groupe français obtient deux nominations aux Grammy Awards en 2001. Un peu plus tard, l’album marque encore plus son empreinte sur la scène internationale lorsque le film d’animation « Interstella 5555: The Story of the Secret Star System » sort en salle : réalisé par Kazuhisa Takenouchi, le film entier a pour bande originale l’album « Discovery ».

Le 14 mars 2005, Daft Punk sort son troisième album « Human After All ». Si le duo robotique cherche ici à déclarer son humanité à travers l’album, ce dernier semble plutôt évoquer la déshumanisation progressive de notre société. Certains titres, comme « The Prime Time of Your Life », « Television Rules the Nation » ou encore « Technologic », dégagent quelques clés du concept de Human After All, que les deux musiciens refusent de commenter : « Notre album parle de lui-même » sera d’ailleurs leur seule déclaration à ce propos.

C’est finalement en 2013 que les Daft Punk achèvent de se hisser au rang de légende avec l’album « Random Access Memories ». Pour cet album, le duo a fait appel à de nombreux musiciens incroyables avec dans l’esprit de créer une œuvre aux airs à la fois futuristes et à la fois des années 1970. Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo collaborent notamment avec Nile Rodgers et Giorgio Moroder. Il s’agit de rendre hommage à ces musiciens et, au-delà de cela, de collaborer avec leur talent. De plus, le groupe a délaissé les boîtes à rythmes pour privilégier de vrais batteurs. Il en est de même pour la basse, la guitare, le piano et les cuivres. Le son phare « Get Lucky », est par exemple enregistré par Daft Punk avec un véritable groupe de talentueux musiciens. Par ailleurs on peut entendre dans le morceau « Contact » un véritable enregistrement de la NASA, où on entend la voix des astronautes de la mission Apollo 11. En ce sens, dans une interview à GQ avant la sortie de « Random Access Memories », le journaliste a mentionné que dans Daft Arts, qui est le studio d’enregistrement secret de Daft Punk, il y avait une grande affiche de la Terre sur le mur. Cette photo décrit parfaitement le projet du groupe de s’adresser directement aux humains en essayant de composer un album pour le monde et pour le futur. Ils voulaient par ailleurs transcender les attentes des gens à leur égard, leurs propres attentes et prouver qu’ils pouvaient toujours aller plus loin. Le succès retentissant et l’obtention de deux Grammy Awards en 2014 prouvent qu’ils ont réussi. « Random Access Memories » est plus qu’un simple album. C’est une histoire à succès, une histoire de croissance personnelle mettant en lumière deux personnes lambdas qui se cachent derrière leurs masques pour que seule leur musique soit connue. Le produit final est un hommage à la créativité et une lueur d’espoir pour les artistes qui luttent pour atteindre leur destination créative.

Alors nous sommes tous là, errant de manière nostalgique, à réécouter et réécouter sans cesse ces sons uniques. Nous repensons aux images, aux sensations, qui ont marqué nos jeunes vies. Daft Punk est entré en nous, et nous ne pourrons jamais assez les remercier pour tout ce qu’ils ont fait pour l’humanité, et particulièrement pour la musique du XXIe siècle. On aurait envie de leur crier « One more time » en espérant découvrir de nouvelles sonorités puissantes, en espérant explorer les possibilités infinies que nous offrent la musique. Aujourd’hui, les fans du monde entier se trouvent finalement orphelins d’un père qui leur a montré la voie. Il est temps pour les robots de tomber leur masque, de s’éteindre, en nous laissant un message mystérieux et pourtant tellement évident : « If love is the answer, you’re home » (cf. vidéo Epilogue).

Floran Fourcade, pour SoNord

Daft Punk – Epilogue, 22 février 2021 : https://www.youtube.com/watch?v=DuDX6wNfjqc

Daft Punk annonce sa séparation avec « Epilogue »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s