Zoom sur Frank Sinatra : Ce crooner qui a fait chavirer l’Amérique

Pendant des décennies, Frank Sinatra fut la voix de toute une génération, d’où le surnom qu’il porte « The Voice ». Il a indubitablement laissé une trace significative dans l’histoire, si bien qu’aujourd’hui il incarne une référence voire un modèle dans l’industrie de la musique et du cinéma. Je vous propose de nous intéresser plus précisément au parcours de cette icône américaine incontournable.

Frank Albert Sinatra est né le 12 décembre 1915 à Hoboken dans le New Jersey aux États-Unis. Dès le plus jeune âge, il se distingue par son grain de voix atypique et envoûtant en chantant dans des bars et par le biais de stations de radio libres. Il finit par être remarqué par Harry James, ex trompettiste de l’orchestre de Benny Goodman, et à être engagé en 1939 dans son orchestre. Sinatra devient ainsi la star de l’orchestre et le titre « All Or Nothing At All » constitue un véritable succès local puis national lorsqu’il est réédité quatre ans plus tard. Finalement, Sinatra décidera plus tard de rejoindre l’orchestre de Tommy Dorsey, qui a une renommée plus importante. De même, Sinatra occupe les devants de la scène au sein de cet orchestre et devient le chanteur le plus populaire du pays où il se fait désormais appeler « The Voice ».

Après bon nombre de comédies musicales à Hollywood comme Las Vegas Nights et Ship Ahoy au début des années 1940, Sinatra décide de débuter une carrière en solo et signe au sein de Paramount à New-York. Cet évènement marquera la carrière de Frank Sinatra comme le moment où il a vu se réaliser son ambition la plus précieuse : devenir un chanteur à renommée internationale. Son ascension est fulgurante et il devient ainsi le chanteur aux cachets les plus importants, à n’en déplaire à son plus grand rival et idole Bing Crosby.D’autre part, il s’illustre à la télévision où est diffusé son premier show sur CBS « When You Are Smiling en 1951. Côté cinéma, il remporte en 1953 un Oscar pour son premier rôle non chanté dans le film « Tant qu’il y aura des hommes ». De ce fait, Frank Sinatra incarne ainsi l’un des artistes les plus complets de l’histoire car il s’est illustré tant en musique, qu’au cinéma ainsi qu’à la télévision.

Au milieu des années 1950, Frank Sinatra décide de quitter Columbia pour rejoindre Capitol où il va s’épanouir. En effet, à l’instar de suivre une carrière centrée sur un répertoire comique qui ne lui convient pas, il a pu développer son côté artistique dans son œuvre. Cette collaboration donnera le jour à plus de 300 chansons et une vingtaine d’albums en l’espace de 7 ans où se mélangent Swing et balades des plus romantiques signées Frank Sinatra. Pour vous donner une idée, des chansons telles que « Learning the Blues », qui devient n°1, « I’ve Got You Under My Skin » voient le jour ou encore les albums « Songs for Swingin’ Lovers ! » et « Come Dance With Me ! », qui remporte un Grammy pour l’album de l’année en 1960. Grâce à son influence et à sa renommée, il a pu créer son propre label nommé Reprise en 1961 où il a pu développer de véritables albums à succès comme « Ring-A-Ding Ding ! », « Sinatra Swings » ou « I Remember Tommy ».

Toujours au sommet de sa gloire dans l’industrie de la musique, Frank Sinatra décide de sortir en Janvier 1963 une de ses 3 futures collaborations avec Count Basie et son orchestre qui apporte toujours plus de Swing. De même, « Sinatra at the Sands » qui est arrangé et dirigé par Quincy Jones sort en 1966, ce qui constituera l’un des chefs d’œuvre les plus populaires de la génération. En parlant de chefs d’œuvre, c’est également à cette époque, en 1966, que le titre « Strangers In The Night », musique romantique du film A Man Could Get Killed, est confiée à Frank Sinatra. Ce choix se révèlera être payant puisque cette chanson devient un véritable hit mondial et sera d’ailleurs toujours associée à Frank Sinatra.

Par ailleurs, Frank Sinatra a également choisi de mêler sa passion à l’organisation d’évènements. En effet, il a activement soutenu le clan Démocrate de Kennedy pendant sa campagne et a ainsi choisi d’organiser le gala d’inauguration de Kennedy en juillet 1960 lorsqu’il est devenu président. Il a aussi eu l’opportunité d’organiser des soirées dansantes et chantantes à l’occasion du tournage du film Ocean Eleven à Las Vegas avec ses anciens collègues de scène Dean Martin, Sammy Davis Jr, Peter Lawford et Joey Bishop, qui faisaient partie de la distribution du film. Le « Rat Pack », leur groupe formé au milieu des années 1950, a ainsi pu revivre pour le plus grand plaisir de ses invités.

C’est cependant en 1971, au top de sa carrière, que Frank Sinatra décide de se retirer suite à l’échec de ses 2 derniers albums « A Man Alone » et « Watertown ». Mais, au plus grand bonheur de tous, il revient deux ans plus tard avec l’incontournable « Ol’ Blue Eyes Is Back ». L’un de ses derniers titres, New York New York initialement interprété par Liza Minnelli, voit également le jour et constituera l’un de ses plus grands succès. En effet cette chanson sera réutilisée dans bon nombre de productions cinématographiques.

Malheureusement, c’est le 14 mai 1998 que l’une des voix les plus emblématiques de l’histoire s’est éteinte. Frank Sinatra laissera cependant une trace indélébile dans l’industrie cinématographique et musicale grâce à l’œuvre de sa vie et bénéficiera encore longtemps de l’admiration des artistes contemporains.

Eva Niedzwiedz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s