Let’s Bring Back Bossa Nova : Histoire fantastique de l’incroyable nébuleuse musicale brésilienne

Genre musical née à Rio de Janeiro dans les années 50, progéniture de la samba brésilienne et du jazz, la bossa nova est encore aujourd’hui beaucoup trop ignorée du Music-Customer de 2020. Les connaisseurs pourront le confirmer : Ce style mérite sa place au panthéon musical. Alors, prenez un verre de rosé, sortez vos meilleurs pas de samba et allons faire un tour dans les beaux quartiers du Brésil cosmopolite.

Nous sommes en 1956, quelques années avant le coup d’état militaire brésilien, et contrairement à ce que vous auriez pu penser, nous ne sommes pas dans les favelas (Vous pouvez ranger vos claquettes haha). Nous sommes dans les quartiers mondains de Rio, à mi-chemin entre Copacabana et Ipanema. C’est ici, sous l’inspiration de la samba brésilienne grandissante, du jazz et de la musique classique, que nait des mains, de la voix et de la musicalité, de Joao Gilberto, Antonio Carlos Jobim et Vinicius de Moraes, la bossa nova. A la recherche d’un style musical plus épuré, recherchant à se différencier du rythme répétitif de la samba de type carnaval, ils créèrent un style musical, plus doux, plus chill, reposant sur l’acoustique du piano et de la guitare, accompagné d’une voix murmurée. La bossa nova nait. Une musique simple mais pourtant si complexe. On vous propose un extrait de Joao Gilberto en concert pour que vous puissiez réaliser la puissance du truc :

 

Ainsi, c’est de ce groupe que va éclore cette fleur musicale, qui vous accompagne dans les balades de printemps et qui vous supporte émotionnellement dans les transports en hiver. En mars 1959, parait le premier véritable disque de bossa nova composé par nos trois fondateurs : Joao à la voix et à la guitare, Carlos Jobim au piano tandis que Vinicius nous gratifie de sa poésie à travers les paroles. L’album devient mythique, la chanson Desafinado, un classique, la bossa nova est prête à conquérir le monde. De nombreux artistes emboitent le pas, de nombreux artistes devenus incontournables pour le monde de la musique brésilienne : Johhny Alf, Nara Leão ( connue sous le nom de la « muse de la bossa nova »), Laurindo Almeida, Sergio Mendes, Astrud Gilberto (préférence de la rédaction), Oscar Castro Neves,… La liste est exhaustive, tellement sont nombreux les différents apports à cet art à part entière. Nous vous promettons de vous conseiller une courte liste de chansons, qui nous l’espérons, suscitera votre intérêt pour ce genre fantastique. Juste pour le kiff, un extrait TV de 1965 de Agua de Beber d’Astrud Gilberto (Vos oreilles nous remercieront) :

Bien que nous eussions décrit la bossa nova comme un art « underrated », il reste qu’elle a eu une influence prépondérante sur la musique populaire des années 60-70 en particulier sur les œuvres de Stevie Wonder (Sa chanson Summer Soft est un écho très persuasif) et de Burt Babarach. La bossa nova a également influencé le jazz, comme une faveur qu’elle devait rendre, et a permis à des artistes comme Stan Getz notamment, de développer un nouveau style de jazz très proche de la bossa nova. La bossa nova s’internationalise et son influence grandit. En France, il a fallu attendre une adaptation cinématographique réalisé par Marcel Camus, en 1959, Orfeu Negro (une revisite du mythe d’Orphée dans laquelle Orphée est noir et le décor n’est ni plus ni moins que les favelas de Rio) récompensée par une Palme d’Or à Cannes, pour que la diffusion de la bossa nova ne s’accélère. En novembre 1962, prit place l’évènement qui propulsa la bossa nova sur la scène mondiale (surtout dans la collection de 78T de nos bien-aimés boomers)  : C’est le concert Bossa Nova au Canergie Hall, à New York où se réunissent les artistes principaux de la bossa nova. C’est à ce même concert qu’est joué la fameuse chanson A Garota de Ipanema de Joao Gilberto, un tube mondial qui gagnera un Grammy en 1965. La bossa nova devient à la mode, est appréciée de tous, aimée de tous. Nous vous proposons un petit extrait de cette fameuse chanson, pour nos lecteurs qui ne connaitraient point ou pour ceux qui souhaiteraient la réécouter (On ne s’en lassera jamais haha) :

Et pourtant, comme toute belle histoire d’amour, la bossa nova a enclenché inévitablement sa phase de déclin. Le putsch militaire brésilien de 1964 a eu raison de la vie de bohême et de l’insouciance qu’elle prônait. Les auteurs-compositeurs arrêtèrent de se produire au Brésil, la censure étant de plus en plus oppressante. D’autres comme Chico Buarque détournent cette dernière pour faire passer des messages subversifs au point d’être poussé à l’exil. Nara Leao prend position avec sa chanson Opiniao dans laquelle elle clame et défend son opinion contre la dictature militaire. La bossa nova se mue peu à peu dans le nouveau courant musical étatsunien, le New Brazillian Jazz.

Pour tout adorateur de musique, un tel OVNI artistique ne peut être ignoré. La bossa nova a réussi à modifier un langage musical commun fondé sur le système tonal, l’harmonie et le contrepoint. La pureté, la douceur, les accords qui lui sont propres ont redéfini la conception musicale à une échelle non négligeable. Nous prions pour une remise de cet art au gout du jour. Il ne reste plus qu’à vous de partager cet art musical. Je ne vous ai pas oubliés ! Ci-dessous 5 chansons must-have-in-your-playlist de Bossa Nova :

  • Chega de Saudade, Joao Gilberto
  • Despedida de Mangueira, Johnny Atf
  • Voce E Eu, Joao Gilberto
  • Canto Chorado, Os Originais Do Samba
  • Agua de Beber, Astrud Gilberto (Oui nous l’avions déjà cité mais elle est tellement incroyable).

Arnaud Akono (S/o ma Maman et mon Papa)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s