Vous allez aller au Sziget, voilà pourquoi!

Alors que la 26ème édition du Sziget festival (Budapest, Hongrie) s’est achevé mi-août, la tête d’affiche pour la version 2019 est connu  !

Après avoir accueilli Kygo, Kendrick Lamar, Dua Lipa, Lana Del Rey, Artick Monkeys ou encore Gorillaz en 2018, ce sera au tour de Ed Sheeran, Martin Garrix, Twenty One Pilots et The Blaze pour la prochaine version.

Les places sont disponibles en vente depuis le 1er octobre, au prix de 320 euros pour les 7 jours !

Voici un résumé de mon expérience 2018, à travers les quatre meilleurs concerts… ce qui vous donnera sans aucun doute l’envie de découvrir (ou re-découvrir !) cet endroit remplit de magie.

Quoi de mieux que la musique pour réunir les personnes venant d’univers différents ? Et quel endroit, autre que le Sziget pourrait représenter cela ?
Alors que tous les styles de musiques se croisent là-bas, les personnes s’unissent autour des concerts et activités.

Voici une liste non-exhaustive de mon top 4 des concerts 2018 !

 

Tujamo :

Ce DJ Allemand d’EDM a su conquérir le cœur de 10 000 festivaliers sous l’immense tente nommé Bacardi Arena.

L’ambiance y était électrique.

Celui-ci mixant avec brio des incontournables du rock, enchaîné avec d’énorme drop. Comme par exemple, lorsqu’il fît monter en pression le public avec Wonderwall de Oasis, et enchaîna sur un rythme effréné, avec un BPM à tout casser, et des enceintes pour rendre suffisamment sourd la moitié des spectateurs.
À coup sûr, les fans du premier rang ont fini avec un coup du lapin à force de remuer leur tête en tous sens !

Desiigner :

Photo: László Mudra http://www.mudralaszlo.hu - Rockstar Photographers

Point négatif du Sziget, qui se revendique comme un des festivals des plus éclectiques : le monde du rap y est assez peu représenté, en comparaison à tous les autres styles musicaux. À part Kendrick Lamar et Desiigner, pas grand-chose à se mettre sous la dent.

Kendrick Lamar a ouvert le bal le premier soir, mais celui-ci a reçu quelques critiques de ses fans pour son heure de retard.

De plus, l’entassement du public en face de la scène a gâché le concert de beaucoup !

Cependant, Desiigner lui a su être en réel communion avec son public.
Celui-ci a su mettre le public en transe, avec d’énorme pogo, ou encore lorsqu’il se jeta dans le public.

Il réalisa un final digne de ce nom avec son tube « panda », où cinq de ses fans ont eu la chance de monter avec lui sur la scène.

Fin de concert à « l’A38 Mastercard », les milliers de personnes ayant assisté à ce carnage, en ressortent en nage.

Milky Chance :

What a lovely group ?!

Milky Chance est programmé en milieu d’après-midi sur la main stage, sous une chaleur étouffante (35 degrés à l’ombre !), quelques dizaines de milliers de spectateurs répondent présent.
Coup dur pour le groupe : tout leur matériel n’est pas arrivé à temps. Dont leur table de mixage. Ils sont restreints de jouer un concert 100% acoustique, alors que ce groupe de rock alternatif a pour habitude d’utiliser l’électronique à bonne dose.

Mais le chanteur Allemand du groupe, Clemens Rehbein a involontairement attendit le cœur de tous, lorsqu’il s’excusa à plusieurs reprises pour cela, d’un air réellement gêné et rougissant presque, du fait de « nous décevoir ».  Il ira même « nous remercier infiniment de rester à son concert malgré les inconvénients ».

Mais cela a donné un côté très humain à ce concert, et pas seulement un show programmé et répéter à chaque fois.
Les différents artistes du groupe communiqué beaucoup entre eux entre deux musiques, pour s’adapter du mieux que possible.

Finalement, le groupe s’est montré à la hauteur, et a su faire sourire et danser tout le monde, notamment avec ses tubes « stolen dance » ou encore « down by the river ».

Asaf Avidan :

Comme dans tout festival digne de ce nom, une sorte de concours a lieu entre les festivaliers « mais qui aura le plus grand drapeau ? ».

Le grand gagnant de cette édition étant… un Suisse ! À chaque concert, chacun de nous s’amusait de le voir une fois de plus.

Lors du concert de Asaf Avidan, étant positionné à côté de lui, j’ai eu le privilège d’agiter le drapeau vainqueur du Sziget 2018, connu de tous sans exception, pour quelques minutes.

Impossible de se concentrer sur la musique en s’occupant d’un drapeau si grand et lourd ! J’en aurait presque eu des courbatures…

Asaf mon Asaf…
Il est toujours amusant de voir le visage des non-connaisseurs, lorsque Asaf Avidan commence à chanter avec sa très voix aigu.

Il a su attendrir tout le monde avec ses deux derniers albums et ses musiques émouvantes.

Son concert était pour le moins original ! Il enchaînait les blagues entre deux musiques, ou encore sirotait les deux verres de vin rouge qu’il a eu le temps de boire durant son heure et demie de prestation.

Après quelques musiques jouaient avec une guitare customisée complètement déjanté et des impros, est venu le moment de son fameux son « Recknonig song », ou « One day » pour les moins aguerris.

Les yeux de tous les fans, dont moi, ont brillé et presque pleuré, lorsque Asaf nous demanda de fermer nos yeux et penser à un de nos proches passés dans l’autre monde. D’imaginer son visage. D’écouter sa voix.

Et c’est dans cette ambiance, que celui-ci commença son magnifique final.

Le Sziget est bien évidemment basé sur la musique, mais pas que !

Des cours de danse sont disponibles, cours de yoga, méditation guidée, saut à l’élastique, jeux gonflables, etc…

Bref, il y en a pour tous les goûts, et l’édition 2019 s’annonce tout aussi dingue que 2018 !

On se dit à cet été?

sziget 5

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s