Retour sur le phénomène planétaire : Les Pink Floyd

Tout le monde les connaît, que ce soit par la célèbre (peut-être trop) musique « Another Brick In The Wall », ou par leur prisme imprimé sur les crop-tops d’adolescentes. Mais Pink Floyd est bien plus que ça, et c’est ce que nous allons voir dans cet article.

 

À ses débuts en 1966, le groupe était composé de 4 membres : Syd Barrett (guitariste), Nick Mason (batteur), Roger Waters (bassiste) et Richard Wright (claviers). Syd Barrett était alors le leader du groupe, proposant un vrai style expérimental. Mais sa consommation de drogue et sa grande paranoïa l’ont poussé à quitter le groupe.

Ainsi en 1968, David Gilmour rejoint le groupe et prend la place de guitariste. Et c’est ici que l’ère du succès (commerciale) des Pink Floyd commença avec les 2 albums clés : Dark Side Of The Moon (1973) et The Wall (1979). Mais les tensions apparaissent sous le leardership de Roger Waters qui cherche alors à tout contrôler, et étouffe le talent de son groupe.

Et c’est à travers cette vision du groupe que l’on peut distinguer les compositions du groupe. En effet, les compositions de David Gilmour sont des recherches musicales toujours plus poussées. Le but n’est pas de créer un hit, mais bien de se faire plaisir, de proposer un morceau personnel. Ce plaisir se ressent notamment dans l’album The Division Bell (1994), dans lequel il joue aux cotés de Richard Wright.

Après la dissolution du groupe, il a continué à composer ses morceaux, et en a fait une tournée en 2015 Rattle That Lock Tour, judicieux mélange des titres Pink Floyd et de ses compositions. La musique très jazzy « The Girl In The Yellow Dress » issue de son dernier album illustre parfaitement son talent et son envie de proposer des titres personnels.

Pink 2David Gilmour, à Chantilly, le 16 juillet 2016 

Roger Waters, quant à lui, se positionne en tant que maître du spectacle et des effets spéciaux sur scène. Ses textes sont toujours engagés, comme dans Animals (1977) et The Wall, et sont accompagnés de mises en scène toujours plus techniques.

Son goût pour le spectacle se retrouve dans sa tournée The Wall Live en 2010, dans laquelle il fait la prouesse de monter un mur, faire crasher un avion, et utiliser des marionnettes géantes sur scènes.

Le 21 mai 2017, il a entamé sa nouvelle tournée Us + Them et reprend les tubes célèbres du groupe, en particulier ses propres compositions. Le spectacle s’inscrit dans la lignée de The Wall Live et offre un véritable show engagé contre les partis totalitaires et extrémistes du globe. Malheureusement pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’y assister, cette tournée s’achève le 9 décembre.

Pink3Roger Waters, à Paris, le 8 juin 2018 

Ainsi, bien que le groupe se soit séparé, les 2 piliers Waters et Gilmour continuent de se produire en perpétuant la beauté de leurs compositions, et plus généralement celle des Pink Floyd.

Adèle Fouilhoux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s