Mac Miller passé dans un nouveau monde.

Malcolm James McCormick, alias Mac Miller… ce rappeur, mais pas que, qui a su nous faire vibrer depuis notre puberté. C’est avec émotion que l’on a appris son décès le 7 septembre dernier.
RIP Mac.

Né à Pittsburbgh, en Pennysalvie (Nord-Est des USA, pour les moins calés en géo) en 1992, Mac Miller a commencé à réellement s’investir dans la musique à ses 15 ans. Dès ses débuts, son domaine de prédilection était le hip hop.

Mais il a tout de même appris la guitare, le piano, la batterie et la contrebasse en auto-dictate à partir de ses 16 ans (#champ).

Il sort son premier album « But My Mackin’ Ain’t Easy » en 2007, à seulement 15 ans. Malgré son jeune âge, Mac Miller faisait déjà du Mac Miller. Son style facilement reconnaissable était bien présent, avec un beat léché et doux à l’oreille.

Les paroles étaient cependant très, très, très loin de la maturité de son dernier album.

Il montre tout au long de ses tracks, son boulard à travers sa réussite avec les femmes et l’herbe qu’il consomme. Un vrai ado quoi.

mac 1

En 2010 il signe un contrat avec un premier label et sortira notamment « Nikes On My Feet ».

Début 2011, Mac sort sa cinquième mixtape nommé « Best Day Ever », comprenant « Donald Trump ».

À travers ce titre, le rappeur aura eu le mérite de faire découvrir aux plus jeunes qui était Trump cinq ans avant son élection. Il y vante la réussite financière de Donald et conte sa confiance en lui pour arriver à ce niveau.

« Hopefully, I’ll be at the top soon

For now, I’m at my house on the couch, watching cartoons”

“Take over the world when I’m on my donald trump shit
Look at all this money, ain’t that some shit »

Trump fidèle à lui-même, fera volte-face plusieurs fois. Parfois il louera la chanson, et d’autres fois il descendra allégrement Mac Miller.
Mais les faits en disent plus que les paroles. À la fin d’une interview de Trump consacré à TheHill en 2016, DT termina l’interview en balançant à fond le son de MM au dernier étage de sa Trump Tower. Nice job.

Quoi qu’il en soit, c’est bel et bien grâce à cette musique que son nom commence à se démocratiser.
Novembre 2011, à tout juste 19 ans il sort son premier album studio, «Blue Side Park ». Il se classe premier au classement Billboard 200 dès la première semaine.

Comme nous avons pu le voir, MM est polyvalent musicalement parlant, en tant qu’auteur-compositeur-interprète. Mais il ne s’est pas arrêté au monde de la musique.

Il a tourné une courte scène dans Scary Movie 5 en 2013 avec Snoop Dogg.

Mac Miller et Snoop Dogg comme on les aime… bien perché!

La même année, il sort un album « Watching movies with the sound off” principalement porté – encore une fois – sur la drogue et les femmes. Il y parle ouvertement de sa forte consommation et addiction à la lean (mélange de codéine et soda).

En 2015 il sort « GO:OD AM », album composé de 17 titres. Ce dernier est différent de ces précédents, avec un beat un peu plus agressif. Sa musique s’apparente habituellement à une sorte de jazz-rap, cette fois-ci il s’agit d’un rap plus classique.

Il veut y rassurer ses fans, grâce au fait d’avoir fortement freiné la lean.

En 2016 son album « The Divine Feminine » est consacré à sa relation avec les femmes, et ce qu’il a appris sur elles.
Un featuring avec sa copine de l’époque Ariana Grande apparait sur la track « My Favorite Part ». Ils s’y déclarent leurs flammes, bien que leur relation soit récente à ce moment-là. Le monde people, de la musique, et tous les fans versent leurs petites larmes.  Trop mignon.

Mac 2

Malheureusement, deux années plus tard, Ariana quitte Mac et décrit leur relation comme toxique. Malgré tous les efforts qu’Ariana a pu faire pour l’aider, il n’a pas su se sevrer totalement de son addiction à l’alcool et la drogue.

Son dernier album est publié suite à leur rupture, en août 2018, « Swimming ». À travers ce nom, il veut passer le message qu’il ne coule pas, qu’il ne coule plus.

Il se situe simplement à la fine ligne entre ses démons, sa dépression, sa consommation de drogue (lorsqu’il a la tête sous l’eau en nageant) ; et avec la sobriété, une vie plus sage (lorsqu’il respire).

Dans « Swimming », il est question d’une introspection sur ces sujets.
Mac ne fuit pas ses démons, il dit cohabiter plutôt sereinement avec eux, et apprécier les analyser à travers l’écriture.

1 mois plus tard, le 7 septembre, celui-ci est mort d’une overdose de lean.

Son évolution dans la vie est plutôt bien représenté par ses lyrics au fil des années.
On a pu voir la progression de son état d’esprit, et son rapport avec son meurtrier, la lean. Parfois engrené, parfois presque sorti de l’addiction. Mais la drogue a fini par gagné le combat, à ses 26 ans.

RIP.

Vincent Geronimi

mac 4

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s