ADAMANDY @SKEMA

Mercredi dernier, nous avons eu le plaisir de recevoir Adam et Andreas en Amphi A, qui sont venus faire découvrir aux Skémiens leur parcours et leur vie d’artiste, mais aussi donner des conseils aux musiciens en herbe qui souhaitent se lancer d’eux-mêmes !

 

Les débuts d’Adamandy

Comme ils l’ont si bien mentionné, la production musicale c’est avant tout la rencontre d’influences et d’individus. Adam et Andreas sont frères, mais cela n’empêche pas leurs sensibilités musicales d’être nombreuses et diverses. Se caractérisant comme un groupe d’electro / new soul, leurs inspirations vont de Disclosure à Toro y moi, en passant par Drake, Earth Wind & Fire et Pharrell Williams notamment.

Adamandy parvient à véritablement se lancer après être devenu lauréat de Class’eurock, un concours qui leur a valu une tournée européenne, et une visibilité bien plus grande !

 

Composer & produire

« Au stade de la composition, on ne peut pas encore parler de musique : c’est juste de la création », nous dit Andreas. Car oui, il n’y a pas forcément dans l’esprit du compositeur une mélodie bien précise au départ d’une compo, mais souvent simplement des sons du quotidien : quand on part de zéro, on fait avec l’environnement, avec ce qu’on entend (on se souvient par exemple de David Gilmour, qui s’est servi du jingle de la SNCF comme point de départ de son morceau ‘Rattle That Lock’).

Toutes ces sources d’inspiration ouvrent alors un éventail très large, mais on retrouve parfois, il est vrai, des ressemblances flagrantes entre certains morceaux de différents artistes (si leur producteur est le même, par exemple). Anfernee, un musicien et beatmaker américain, qui a travaillé avec Adamandy (et qu’ils ont rencontré… à l’EDHEC), souligne que chaque morceau en lui-même n’est pas unique ; c’est l’interprétation de chacun qui l’est. D’où, selon lui, l’essence même de la musique : transmettre des émotions.

 

Et après ?

Une fois le morceau enregistré, que faire ? De plus en plus de musiciens qui essaient de percer tentent de se faire connaître par internet. Mais c’est risqué d’après Adam : sur internet, on est noyés dans la masse, on n’existe pas vraiment, au milieu des milliers d’autres artistes. Adamandy démarche des maisons de disque. L’avantage, c’est que si le morceau est déjà enregistré, la maison de disque n’a plus à financer la production, elle ne sert que d’agence de communication, et il est plus simple d’arriver à ses fins de cette manière !

Aujourd’hui, les musiciens peuvent facilement s’auto-produire, depuis l’avènement des home studio, qui permettent, pour un prix raisonnable, de tout faire soi-même. Alors si tu fais de la musique, tu n’as plus d’excuse : lance toi, et surtout, n’hésite pas à leur demander des conseils.

Facebook – @adamandy

Instagram – @adamandymusic

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s