To The Bone

Le 18 août 2017 marque un tournant dans la carrière de Steven Wilson. C’est la date de sortie de son dernier album, To The Bone, qui signe pour lui une première mini-consécration : celui qui est surnommé le « roi du rock progressif » du 21e siècle se classe à la 3e place des charts au Royaume-Uni, un record pour le musicien anglais. Un début de succès tardif pour un artiste polyvalent et travailleur, mais surtout extrêmement talentueux.

Steven Wilson, c’est d’abord le visage d’un groupe qui restera une référence du monde du rock progressif : Porcupine Tree, véritablement lancé en 1991, dont la musique a suivi l’évolution musicale de son leader, allant du psyché au pop-rock en passant par le métal, et qui pouvait compter sur une fanbase certes réduite mais extrêmement fidèle. En parallèle, Wilson collabore avec d’autres artistes dans de multiples projets (No-Man, Bass Communion, Storm Corrosion, Blackfield…), tout en s’amusant à remixer les albums des formations qui ont inspiré son oeuvre, comme Yes, Jethro Tull, XTC ou encore Emerson, Lake & Palmer / https://www.youtube.com/watch?v=O5nAA_QXBPY

La fin de Porcupine Tree en 2009 est précipitée par Wilson, qui, fatigué de devoir sans arrêt s’accorder avec les autres membres de son groupe pour composer, décide de se lancer en solo. Il sort d’abord Insurgentes, en 2008, avant d’enchaîner sur 3 disques absolument phénoménaux qui sonnent comme une sorte d’apogée pour sa carrière : Grace for Drowning, un album sombre et profondément mélancolique ; The Raven that Refused To Sing (and other stories), un album de contes, dans lequel il pose les bases d’un prog nouveau ; et Hand. Cannot. Erase., un concept album bouleversant inspiré de la tragique histoire de Joyce Vincent / https://fr.wikipedia.org/wiki/Joyce_Vincent

2 ans plus tard, il revient avec To The Bone, un album d’avantage centré sur les morceaux et moins conceptuel. Comme à son habitude, il propose quelque chose de complètement différent de ses productions précédentes : un album aux accents pop plus prononcés, inspiré par les artistes de sa jeunesse (Tears for Fears, Talk Talk, Peter Gabriel, Prince…). Un disque résolument plus moderne, dans lequel Wilson observe le  monde contemporain à travers le regard de personnages parlant à la première personne, sans jamais aller se noyer dans le politiquement engagé ou la lourdeur même en invoquant des thèmes touchy : le fondamentalisme religieux et le terrorisme (People who eat darkness, Detonation), les conditions de vie des réfugiés (Refuge) / https://www.youtube.com/watch?v=T0dLypToLzE (attention, chef d’oeuvre)

Tout est prétexte pour le compositeur à incorporer des genres musicaux très divers, lui qui alterne entre la pop funky et sophistiquée, l’électro, en passant bien sûr par le prog mais aussi par le punk, formant un album tout sauf monotone, qui s’écoute sans interruption et dont on a du mal à se lasser. C’est peut être cette diversité de genres qui rend l’ensemble moins cohérent que ses prédécesseurs, mais plus accessible et peut-être plus agréable. Un revirement de style qui est peut-être aussi le résultat d’un changement de label, de Kscope (un label spécialisé de new prog) vers Caroline International. En découle une exposition internationale plus importante, notamment en France, avec un passage remarqué sur Taratata en novembre dernier ! Si vous arrivez à supporter Nagui, n’hésitez pas à jeter un oeil, c’est particulièrement sympa / https://mytaratata.com/taratata/520/interview-steven-wilson-2017

Steven Wilson démarre sa tournée en Europe, et sera en concert au Théâtre Sébastopol à Lille le 13 mars prochain. Venez, ça sera trop bieng.

http://stevenwilsonhq.com/sw/recordings/to-the-bone/

https://www.youtube.com/user/StevenWilsonHQ

Rémi Veynand

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s