FILM À DÉCOUVRIR : WHIPLASH

Nom : Whiplash
Année : 2014
Réalisateur : Damien Chazelle

 

Si LalaLand s’annonce déjà comme un énorme succès au cinéma, son réalisateur, Damien Chazelle a déjà réalisé un petit bijou en 2014 : Whiplash.

Le film a connu beaucoup de succès et a remporté de nombreuses récompenses. Après l’avoir présenté au festival du film de Sundance en 2013, le réalisateur en a fait un long métrage avec avec Milles Teller et J.K. Simmons. Il remporta le prix du Prix du jury et le Prix du Public au festival du cinéma américain de Deauville ainsi que trois Oscars, dont celui de meilleur acteur dans un second rôle pour J.K. Simmons.

Le pitch

Andrew, batteur de 19 ans rêve de devenir le meilleur batteur de jazz de sa génération. Il s’entraîne dur. La concurrence est forte. Au conservatoire de Manhattan, il est entrainé par Terence Fletcher. Ce film, intense et physique, nous fait le récit de la relation entre Andrew et Terence. Ce dernier n’hésite pas à « martyriser » Andrew, dans sa quête vers l’excellence.

.

Sans_titre_ikjhqp

.

Pourquoi Whisplash ?

Le nom du film est issu de la chanson éponyme, composée par Hank Levy, saxophoniste et compositeur de jazz américain, dont les œuvres ont fréquemment une signature rythmique inhabituelle. (Avis aux musiciens !) Whiplash est effectivement joué en 7/4, ce qui donne au morceau cette impression de « boitement » et qui le rend ainsi difficile à mettre en place.

.Et pourquoi on vous en parle ?

C’est un duel permanent entre les 2 personnages principaux. Il y a une tension constante et on peut sentir l’implication des acteurs. Si vous êtes musicien ou que vous avez appris à jouer d’un instrument, ce film est fait pour vous !

Le réalisateur montre à merveille l’apprentissage douloureux de la musique et la persévérance. On découvre aussi l’univers de la compétition entre les jeunes musiciens pour devenir les meilleurs.

Ce film est le récit d’un combat, un combat que le musicien doit effectuer chaque jour pour progresser. Un but : jouer de la batterie, le reste passe après.

Vous allez être surpris du début à la fin. Le scénario est parfaitement maitrisé, la relation entre l’élève et son professeur se complexifie et s’intensifie tout au long du film jusqu’au final.

.

À voir, tout simplement.

Musiques du film

Entièrement composées par Justin Hurwitz ; les meilleures :

  • Snare Liftoff
  • Too Hip to Retire
  • Fletcher’s Song in Club
  • sans oublier Caravan, grand standard de jazz composé par le grand Duke Ellington, Juan Tizol et Irving Mills

.

 .

Vous en voulez plus ?

Nowhere Boy – Sam Taylor Johnson (2009)

Inside Llewyn Davis – frères Coen (2013)

Gainsbourg (vie héroïque) – Joann Sfar (2010)

.

Solène Rondelli

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s