French Fuse ou la théorie du recyclage

Rien ne se perd, (rien ne se crée ?), tout se transforme.

Sans_titre_adaxra

Un bonnet vissé sur la tête, des lunettes de soleil et une fâcheuse tendance à hocher mécaniquement la tête… à première vue, quand on regarde un « clip » de French Fuse on voit surtout deux mecs fans du style vestimentaire des Daft Punk (qu’ils remixent parfois) et obsédés par le son bien commercial. Parce qu’en plus de copier le style des autres, ils adorent prendre des sons hyper connus pour en faire un amas de sons… hyper connus. Ça vous fait envie hein ?

Pour preuve, il y a 9 mois sortait French Pub, une vidéo des plus étonnantes (si vous ne l’avez pas vue restez, on va arranger ça) composée essentiellement de jingles de pub, de quelques ajouts vocaux et de sons électroniques. Malin ! Des mélodies que vous entendez tous les jours, ancrées en vous et symboles même de la consommation, de votre consommation. Quoi de mieux pour créer un remix qui marche ? Même pas besoin de faire sa com’, elle se fait d’elle-même.

Alors si la recette du succès semble aujourd’hui être à portée de pub, penchons-nous d’un peu plus près sur ce qui fait la popularité de French Fuse aujourd’hui.

Un bonnet et des lunettes de soleil pour le côté « mystérieux », des clips irréalistes tournés à la GoPro, le tout dans une ambiance simplissime : salle de bain, voiture, salon… C’est à croire que ces deux potes se filment h24 dans leur coloc dans l’espoir de tomber sur un son intéressant. Tout est prétexte à faire de la musique, le micro n’est d’ailleurs jamais loin. Car French Fuse c’est d’abord deux copains passionnés de musique et pas forcément de celle que vous croyez. Jerry Manoukian se consacre au piano depuis l’âge de 17 ans. Institut musical, conservatoire d’Aix-en-Provence en Jazz et Musiques actuelles, et j’en passe… Jerry n’a pas vraiment l’air d’un mixeur né mais ses capacités musicales ne sont plus à prouver. Pianiste du duo, il est accompagné de Benjamin Lasbleis (formation de tromboniste en Jazz également), qu’il a rencontré à l’Institut Musical de Formation Professionnelle de Salon de Provence.

A présent, tous deux semblent s’être totalement détournés de leurs formations initiales pour l’Electro. S’ils sont aujourd’hui connus du grand public pour leur remix étonnant de 35 publicités, ils ne se contentent pas de cela : en effet, avec 14 vidéos à leur actif en un peu moins d’un an et demi, le duo s’affiche comme spécialiste du remix WTF à base de clignotant de voiture, de sonnerie de portable ou d’alarme de police. Leur style décalé peut être aisément critiqué mais force est de constater que l’idée est originale de simplicité ! Et ça marche : 1 195 681 vues pour French Pub, qui les a révélés au grand public. Armés d’un launchpad et d’un synthé, ils se mettent en scène derrière leur télé, ou même dans une ambulance. Les sons émis autour d’eux deviennent leurs outils de travail en 2 ou 3 clics. Leur air un peu demeuré ne les rend pas antipathiques non plus ; mais finalement rien de tout ce qu’on entend ne nous étonne vraiment.

Sans_titre_hv9kxw

Toujours le même style vestimentaire, la même expression sur le visage, le décor change mais c’est encore le même disque. Le problème c’est que ça nous dit toujours quelque chose. Ca nous trotte dans la tête, comme une musique entendue un millier de fois et qu’on n’écoutera plus jamais après ça. Certains morceaux sont excessivement marqués par l’influence de sons entendus et réentendus, assimilables à du Daft Punk ou des groupes comme Muse. C’est du moins ce que je ressens en écoutant « Intrusion Fuse [Quintologie épisode 1] ». Et c’est toujours la même mise-en-scène : de la façon dont leurs instruments apparaissent à leur propre position sur l’image. L’utilisation constante de sons de tous les jours – marrant au début – devient pesante. N’est-ce pas justement pour fuir la réalité que nous écoutons de la musique ? Pourquoi se faire transporter tout droit dans un camion de pompier ou un véhicule de police alors que leurs alarmes nous envahissent tous les jours sur le chemin du boulot ? Non, vraiment. On espère que leur style va évoluer, ou on ne leur donne pas 1 an avant de disparaitre des esprits qu’ils auront voulu capter, adeptes de la consommation rapide, efficace et oh combien éphémère.

Mais ces vidéos ne forment pas leur activité principale et on comprend bien qu’elles ne sont pas pour eux une fin en soi, puisque les deux amis enseignent dans différentes structures, et Jerry est pianiste au Ballet National de Marseille. Aux dernières nouvelles, ce dernier a également pour projet de faire dans la musique de film. Un Français de plus à Hollywood ? En tout cas il semble en avoir compris les rouages. On attend la suite !

Sans_titre_yooihy

Julie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s